Les PME-ETI face aux enjeux climatiques : de la résilience à l’opportunité, les clés du passage à l’action

Ce qu'il faut retenir

1

La transition et l’adaptation des PME et ETI sont des démarches complémentaires pour faire face aux enjeux climatiques

L’étude propose et décrypte deux démarches complémentaires face aux enjeux climatiques : la transition et l’adaptation. La transition permet de rester compétitif dans un contexte économique et réglementaire en rapide évolution en saisissant les « écopportunités ». L’adaptation consiste à évaluer le degré d’exposition de l’entreprise et de son écosystème aux risques physiques liés au dérèglement climatique (inondations, sécheresses…) pour mettre en œuvre des solutions de prévention adaptée. Pour chaque démarche, nous proposons un outil pratique sous forme de grille de lecture afin d’entamer le travail de réflexion.

2

L’innovation : un levier fondamental à la transition climatique des entreprises

L’innovation est un point commun important entre toutes les entreprises « précurseurs » de nos études de cas. Avec un périmètre plus large et abordable que la Recherche & Développement ou les nouvelles technologies, l’innovation est la clé de voûte de la transition, quels que soient la taille ou le secteur d’activité de l’entreprise. Ces entreprises ont bougé beaucoup de lignes : augmentation du budget de R&D, nouvelle organisation, filialisation de nouveaux métiers, etc. Cela permet d’adapter et de faire évoluer ses produits et services vers une économie décarbonée et fortement impactée par le dérèglement climatique.

3

Le climat fait émerger des opportunités business à saisir dès maintenant

La transition climatique présente de réelles opportunités business, même si elle demande un certain niveau d’investissement,
il existe de nombreuses aides et subventions permettant aux entreprises d’investir dans des projets visant à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (ges). Par ailleurs, l’évolution des attentes et besoins consommateurs et l’évolution des réglementations convergent vers la valorisation des innovations et offres bas-carbone sur le marché. Qu’il s’agisse d’évolution d’offre, de création d’offre ou d’amélioration des opérations. Les cas d’entreprises “précurseurs” exposés dans le volet 2 montrent en effet comment les PME-ETI tirent largement partie de leur démarche de transition.

4

La transition climatique des PME et ETI sollicite les leviers classiques de la transformation et challenge l’intelligence collective

Il n’existe pas de chemin classique de transition, chaque entreprise crée le sien en fonction de ses atouts, son adn et de son secteur. Le dirigeant, parfois soutenu d’une autre personne (responsable rse ou directeur de programme de transition énergétique par exemple), porte et impulse le projet au sein de l’entreprise mais il s’agit avant tout d’une expérience humaine collective. La transition climatique nécessite en effet un travail de réflexion partagée sur le cœur de métier, les atouts historiques de l’entreprise, son capital humain, son écosystème et ses moyens financiers. 

5

La démarche de transition climatique est globale et intersectorielle

La démarche de transition climatique concerne la totalité de la chaîne de valeur et l’ensemble de l’écosystème de l’entreprise. Les acteurs d’un écosystème sont interdépendants, il est alors crucial d'évaluer l’exposition aux risques du dérèglement climatique de l’ensemble de celui-ci. Les parties prenantes (clients, fournisseurs, partenaires externes, laboratoires…) font souvent émerger, voire contribuent à la concrétisation de nouvelles idées, technologies et offres. Les cas des entreprises “précurseurs” (volet 2) soulignent en effet l’importance d’inclure toutes les parties prenantes dans la réflexion.