La gouvernance des PME et ETI, levier de confiance et de performance

Ce qu'il faut retenir

1

La définition de la gouvernance par Bpifrance Le Lab

Pour Bpifrance Le Lab, la gouvernance est un système visant à élaborer, valider et mettre en oeuvre des décisions stratégiques, en s'appuyant sur un socle de valeurs, au service de la vision de l'entreprise. 

2

La gouvernance est un levier décisif pour la performance de leur entreprise.

88 % des dirigeants de PME et ETI estiment que la gouvernance est un levier décisif pour la performance de leur entreprise. La notion de gouvernance jouit d’une image très positive auprès des dirigeants de PME-ETI. Malgré la complexité du terme et ses connotations parfois négatives, 84 % des dirigeants de PME/ETI sont intéressés, voire très intéressés par la gouvernance.
 

3

Les bénéfices des réflexions et prises de décisions collégiales

Les réflexions et prises de décisions collégiales assurent des débats d’idées fructueux et un partage bénéfique des pouvoirs. La question de la collégialité et la mise en place d’instances apparaît dès lors décisive pour améliorer la pertinence des prises de décisions stratégiques et opérationnelles ainsi que pour limiter les effets pervers de la concentration des pouvoirs.
 

4

La gouvernance, ce n’est pas que des instances

La gouvernance peut prendre corps dans des conseils, des comités et des organigrammes, mais elle dépasse largement ce seul cadre formalisé. Si le sujet est souvent rattaché aux instances dirigeantes et au contrôle des actionnaires, ce raccourci ne doit pas masquer les multiples facettes et les différentes parties prenantes de la gouvernance qui méritent d’être analysées par l’ensemble des dirigeants.
 

5

Dirigeants de PME/ETI : tous concernés par le sujet de la gouvernance !

Aucune taille critique n’est nécessaire pour s’intéresser à la gouvernance : ce sujet concerne tous les dirigeants d’entreprise, même ceux qui n’y ont jamais réfléchi. Le rôle de chaque dirigeant est d’interroger les enjeux propres à son organisation pour établir un système de gouvernance adapté, performant et équilibré. Il n’existe pas un modèle unique, mais 5 piliers sont indispensables à une gouvernance équilibrée.
 

6

La gouvernance est avant tout une question d’état d’esprit du dirigeant

Les systèmes de gouvernance équilibrés trouvent leur origine dans un travail sur soi et une ouverture d’esprit du dirigeant. Sans meilleure connaissance de soi et écoute attentive des avis contraires, le dirigeant peut nuire à sa gouvernance et à la pérennité de son entreprise, en risquant dans le pire des cas de vivre dans l’auto-illusion d’une gouvernance déjà optimisée.
 

7

Les leviers indispensables d’une gouvernance équilibrée

La participation et l’engagement des collaborateurs sont les leviers d’une gouvernance équilibrée. 57 % des dirigeants de PME/ETI estiment que leur entreprise appartient autant à ses actionnaires qu’à ses collaborateurs : ces chefs d’entreprise organisent entre managers et managés la co-construction des prises de décisions opérationnelles, et la participation des collaborateurs aux décisions stratégiques.