78ème enquête TPE et PME de Bpifrance Le Lab 78ème enquête TPE et PME de Bpifrance Le Lab

Ce qu'il faut retenir

1

Les TPE et PME tablent sur une croissance moyenne de leur chiffre d’affaires de +1 % en 2023

Une activité attendue en ralentissement à +1%, après +6 % estimé l’an passé. Les contraintes de demande s’intensifient (visible à travers de carnets de commande de moins en moins fournis...) alors que les contraintes d’offre s’estompent (difficultés d’approvisionnement, recrutement…). Cette moyenne masque des disparités par taille et par secteur. Les TPE voient leur activité reculer quand les PME de plus de 50 salariés montrent un certain dynamisme. Les Transports et la Construction sont les plus en difficulté. Les embauches ralentiraient dans une moindre mesure, l’indicateur perd 8 points sur l’année à +6, un niveau légèrement inférieur à sa moyenne de long terme (+8).

2

D’après les chefs d’entreprise, la situation de trésorerie reste relativement favorable en moyenne

Depuis un point culminant fin 2021, la trésorerie des TPE et PME se dégrade tout en restant à un niveau plutôt confortable. 26 % des TPE-PME jugent leur trésorerie difficile, une proportion en hausse sur un an (24 %) mais inférieure à celle observée en moyenne entre 2000 et 2022 (29 %). Le solde d’opinion reste au-dessus de sa moyenne de long terme (−11 contre −15, -1 point depuis mai dernier).

3

En 2023, le coût du crédit a freiné l’investissement des entreprises

La proportion d’entreprises ayant investi en 2023 est en légère baisse à 46 % (-1 point sur un an) et elles investissent de plus petits montants. 
L’indicateur relatif à l’évolution des montants investis recule de 4 points, à −5. 56 % des dirigeants de TPE et PME estiment que le coût du crédit freine leurs investissements (34 % il y a un an et 19 % en mai 2022). 
La part des dirigeants confrontés à des difficultés d’accès au crédit d’investissement reste toutefois relativement faible (11 %, +0,7 point sur un an).

4

L’activité resterait atone en 2024

Le solde d’opinion sur l’évolution anticipée de l’activité perd 2 points à +4, s’éloignant un peu plus de sa moyenne de longue période (+17). En cohérence, les dirigeants comptent freiner les embauches. Les dépenses d’investissement seraient aussi peu dynamiques, le solde d’opinion, en baisse d’un point, s’inscrivant sous sa moyenne de long terme.

5

Focus industrie : la branche de l’agro-alimentaire championne de 2023

Avec un chiffre d’affaires estimé en hausse de +5 % en moyenne, l’agroalimentaire a surperformé en 2023. La branche des biens d’équipement se démarque par son dynamisme d’investissement, avec des montants et une proportion d’entreprises ayant investi en progression par rapport à 2022. En 2023, un tiers des TPE et PME industrielles ont réalisé au moins un investissement vert.
Pour 2024, les perspectives d’investissement dans l’industrie sont bien orientées.