Baromètre PME Rexecode septembre 2021

Ce qu'il faut retenir

1

La situation de trésorerie des PME / TPE s’est sensiblement améliorée depuis le trimestre dernier

Seules 20% des PME / TPE jugent leur trésorerie difficile, au plus bas depuis la création de l’enquête début 2017. Malgré la perspective d’arrêt des aides d’urgence aux entreprises, les PME TPE ne semblent globalement pas inquiètes quant à l’évolution à venir de leur trésorerie, l’indicateur relatif à la trésorerie future s’améliorant nettement.

2

Les intentions d’investissement des PME TPE continuent de progresser

58% des dirigeants de PME / TPE comptent investir cette année (1 point de plus qu’en mai 2021 et qu’en septembre 2019). Les dirigeants de PME / TPE sont désormais bien plus nombreux à envisager une augmentation de leurs dépenses d’investissement (31%) qu’un recul (23%). À +8, le solde d’opinion atteint même un plus haut depuis le lancement du baromètre. Si le renouvellement et la modernisation des équipements demeurent la destination principale de l’investissement, le motif « environnemental » demeure important, cité par 32% des chefs d’entreprise envisageant d’investir, une proportion supérieure de 8 points la moyenne relevée depuis mars 2017.

3

Les conditions d’accès au crédit restent très favorables

En particulier celles relatives au financement de la trésorerie, qui continuent de s’assouplir. La part de dirigeants de PME / TPE qui déclarent rencontrer des difficultés de financement de leur exploitation courante baisse à 12% soit la proportion la plus faible enregistrée depuis le lancement du baromètre en 2017. Comme au trimestre dernier, 20% des dirigeants signalent des difficultés de financement de leurs investissements par les établissements de crédit, une proportion supérieure à la moyenne observée depuis début 2017 (17%).

4

Les difficultés de recrutement redeviennent le premier frein à la croissance

Quant aux contraintes de demande, elles passent au second plan parmi les préoccupations des dirigeants. Les difficultés de recrutement sont vues comme un frein par 56% des dirigeants (+12 points sur le trimestre et +21 points sur un an). Elles restent toutefois légèrement moins mordantes qu’avant crise (59% au troisième trimestre 2019). Les coûts et les prix sont de plus en plus perçus comme des freins (cités par 21% des dirigeants soit +4 points par rapport à la moyenne enregistrée depuis début 2017), probablement en lien avec la hausse des prix des matières premières depuis le début d’année, de même que les difficultés d’approvisionnement, citées par une part significative de dirigeants.

5

La crise de la Covid-19 n'aurait que peu affecté les projets d’investissement des 3 prochaines années

41% les disent inchangés, 20% les réviseraient à la baisse et à peu près autant, 17% à la hausse. L’incertitude prime encore fortement pour 21% des PME / TPE. Les investissements digitaux, environnementaux et de R&D réalisés sur les 3 dernières années sont plus souvent perçus comme insuffisants par les PME / TPE (19 à 23% des dirigeants) que pour la moyenne des investissements (14% en moyenne). Les projets d’investissement sur les 5 prochaines années seraient davantage tournés vers la digitalisation/robotisation.

6

Le PGE reste encore peu voire pas du tout mobilisé par les PME / TPE y ayant souscrit

Parmi les 61% des entreprises ayant répondu à l’enquête et ayant souscrit un Prêt Garanti par l’Etat, une large majorité (60%) n’aurait utilisé qu’une partie mineure de ce montant voire ne l’aurait pas mobilisé du tout. L’horizon de remboursement du PGE s’allonge : la proportion d’entreprises anticipant de le rembourser intégralement ou en partie dès cette année reculant sensiblement. Ce sont à nouveau 5% des entreprises qui disent craindre de ne pas pouvoir être en mesure de le rembourser.