Témoignage du sociologue Pierre Grosdemouge