Barometre PME février 2021 : trésorerie investissement et croissance des pme tpe : impact de la crise sur la situation financière et le financement des entreprises

Ce qu'il faut retenir

1

La trésorerie des TPE/PME s'est améliorée au cours des trois derniers mois

La situation de trésorerie n’a jamais été perçue aussi positivement par les dirigeants de PME/TPE depuis le lancement de la première enquête PME en mai 2018. Leurs prévisions de trésorerie se redressent aussi : 55 % des PME s’attendent à une stabilisation de leur situation de trésorerie (contre 48 % fin octobre). La détente des délais de paiement contribue à cette amélioration. 

2

Les intentions d'investissement des TPE/PME rebondissent en ce début d'année : 55 % des dirigeants de PME comptent investir cette année

55 % des dirigeants de PME / TPE comptent investir cette année, soit un niveau comparable à celui observé un an plus tôt. Cette proportion était de seulement 41 % en fin d’année dernière (pour 2020). Si 34 % des dirigeants anticipent une baisse de leurs dépenses d’investissement cette année, cette proportion est bien moindre qu’en octobre (48 %). 24 % d’entre eux anticipent en revanche de les augmenter (14 % en octobre et 26 % il y a un an). Les besoins de renouvellement et/ou de modernisation des équipements constituent de loin le principal motif de ces dépenses, suivi par l’introduction de nouveaux produits ou services. La motivation « environnementale » de l’investissement est au plus haut.

3

Les conditions d’accès au crédit restent aisées, en particulier en ce qui concerne le financement de l’exploitation courante

Malgré un léger durcissement, 16 % des chefs d’entreprise déclarent rencontrer des difficultés pour financer leur exploitation courante, une proportion en hausse sur un trimestre mais en deçà du niveau observé il y a un an, et 18 % pour leurs investissements, une proportion en légère hausse sur un an.

4

Les perspectives de demande dégradées sont le principal frein à la croissance des PME / TPE

Elles sont citées par 50 % des dirigeants. Ce frein s’est toutefois un peu desserré (il était cité par 60 % d’entre eux fin octobre). Les difficultés de recrutement viennent ensuite. Elles sont citées par 38 % des dirigeants. La concurrence pèserait un peu plus fortement sur la croissance ce trimestre que lors du précédent (32 % après 29 %). Le niveau des fonds propres est perçu comme un frein à l’activité pour 17 % des dirigeants, une proportion assez stable.
 

5

Crise et financement : bien qu’en progression, la part de PME / TPE qui ont mobilisé la quasi-totalité du PGE reste limitée (23 %)

Près de 70 % n’y ont toujours pas ou peu touché. Le recours était motivé principalement par la constitution de liquidités de précaution. 59 % des entreprises ayant obtenu ce prêt utiliseraient la durée maximum pour le rembourser, soit 6 ans. 9 % pensent le rembourser intégralement dès 2021. 8 % des dirigeants de PME / TPE  redoutent un non-remboursement du PGE, une proportion en accroissement régulier. Plus de la moitié des dirigeants reportent une augmentation du niveau d’endettement de leur entreprise au cours de la crise. Cette augmentation a été supérieure à 50 % pour 15 % d’entre eux.